[ Rubrique VLOG de Fées Divers  ]

La découverte du monde des hommes et nos capacités d’invisibilité vous autorisent cherres consœurs, l’observation de cette espèce en toute quiétude. Leur comportement imprévisible nous obligent pour le moment à rester sur nos gardes, mais apprendre à les connaître ne peut qu’être bénéfique à une éventuelle rencontre… dans le futur.

Aujourd’hui, je vous parlerai donc de leurs édifices. Avec la Grande Alpacorne, toujours prompte à pousser un soupir de protestation, nous sommes donc parties à la découverte de leur civilisation sauvage.

Je dois vous l’avouer… quel étonnement ! Je n’avais jamais vu une espèce respecter si peu les Lois Naturelles ! Comment décrire les paysages humains ? Essayez d’imaginer des rectangles et des carrés, pointant verticalement vers le ciel, entourée de « Béton », mélasse qui durcie et qu’ils peignent de couleurs artificielles. Et leurs intérieurs qu’ils disent « épurés » quand vous ne voyez que des lignes, des droites et des angles que vous ne retrouverez nulle part dans la nature ! Et d’une blancheur… Tout est presque blanc, au point où l’on se croirait revenu dans le dernier sas de la Vie avant le Retour à la Source.

Mais ce qui est plus surprenant encore ce sont leurs édifices intra-terreste.  Nous avons visité ce que les hommes appellent leur sous-sol. A l’opposé de leurs construction extérieures, toute de verre et de blanc aux lignes droites.

 

Leurs édifices intra-terreste sont au contraire étonnement tortueuses, sombres et humides. Avec l’œil morne de Grande Alpacorne nous avons découvert les senteurs incroyables et nous avons eu du mal à nous habituer à ces parfums souterrains.

 

 

Quel étonnant humains ! Tout en lumière et ombres. Après cet étonnant voyage, nous rentrons avec Grande Alpacorne, heureuses de toutes ces découvertes et expériences, contentes de vous retrouver chères consoeurs. Il n’est pas encore temps pour nous de nous révéler à eux, mais si nous pouvons accueillir avec attrait et ouverture leur monde, il n’y a pas de doute qu’un jour, ils pourront eux aussi vouloir et être capable d’apprendre de nous.

La Fée Ministe.

Le mot de Code Chaplin

 

Voici le premier article d’une équipe débordante d’enthousiasme et de créativité ! Son auteure est Séverine. Elle a s’est servie de notre jeu d’écriture avec talent ! Avec ses amies elles ont construit pendant 1h30 un journal imaginaire et collaboratif, le pays des Merveilles. La suite des articles très bientôt 🙂